Chroniques

Thérianthropia, Livre 1: La Boîte – J. L. Treuveur


Titre: Thérianthropia, Tome 1 : La Boite

Auteur: J. L. Treuveur

Editeur: Auto-Edité

Parution: Mai2016

Genre/Thème: Fantasy

Nombre de pages: 584

Prix:  2.99€ (e-book), 19,70€ (broché)

Lien Amazone : Ici

Résumé:

Thérianthropia, source d’équilibre de l’île Caelestia sous la surveillance des dryades, assure aux êtres de lumière une vie paisible dans leur Havre. Mais lorsque l’Elue disparaît, que sa Boîte sacrée est volée, et que la terre protégée est soudainement rongée de l’intérieur par un mal étrange, tout laisse penser que les âmes noires sont à l’œuvre pour tenter de gouverner.

Obstacle après obstacle, les amis de l’Elue vont devoir s’unir pour la retrouver, car elle seule et sa Boîte peuvent sauver Thérianthropia.

     Mais l’Elue est perdue et va devoir se trouver elle-même sur le chemin difficile des âmes blessées qui réalisent que l’amour ne triomphe pas toujours…

   La guerre intérieure a commencé…

                                                                                        Et le temps est compté…

 

Voili Voilou! Dans ce roman, nous suivons Jessie, une jeune fille de Thérianthropia, un vaste univers qui abrite des créatures Thériantropes (homme-animal) et sorcières entre autres… Jessie est l’espoir de son peuple, l’Élue, destinée à sauver sa terre vivant sous le joug de l’injustice et la perfidie des âmes noires en général, de la famille Brock en particulier et de la matriarche de la famille Sheelagh Brock plus précisément. Menant Thérianthropia, d’une main vaniteuse, manipulatrice et destructrice, vers les ténèbres. Jessie a été trahie par l’homme à qui elle avait, aveuglément, accordé sa confiance et son amour. Lui-même, véritable marionnette dans les mains manipulatrices de sa mère qui l’utilise à sa guise. En plus d’être rejetée, expulsée de sa terre, elle a été volée, dépouillée de son héritage, sa Boîte, que Sheelagh comptait utiliser à des fins égoïstes, dans le seul but de régner en maîtresse sur ces terres. Mais Jessie est déterminée à récupérer ce qui lui revient de droit.
Sur son chemin, va se mêler amour, amitié, passion, doute et haine. Le tout dans un décor aussi jouissif que mouvementé.

Cela faisait un moment (un long) que J.L. Treuveur m’avait envoyé ce roman qui, honnêtement, ne faisait que s’ajouter à ma PAL déjà bien fourrée. Et même lorsque j’étais plongé dans d’autres occupations, à chaque fois que mes yeux innocents :p se posaient sur cette magnifique couverture (non mais vous l’avez vu?) j’étais intrigué. Mais je n’avais ni la volonté, ni le temps de m’y mettre. Les jours sont passés, puis des semaines et un mois (peut être plus). Puis un bon jour, j’ai finalement cédée à la tentation. Je me suis dit « voyons ce que ça donne » sans toutes fois beaucoup d’entrain. En lisant le prologue, je l’ai trouvé intéressant. En tout cas juste assez pour que je décide de lire le premier chapitre. Et dès que je m’y suis mit, dans les premières lignes, tout m’a parut flou, éphémère, trop de blablaterie à mon goût. De quoi déclencher le las réflexe de voir le nombre de pages restants. Et là pfff, il en reste plus de 500. Grosse flemme! Je suis à un doigt d’abdiquer, je veux me résigner. Mais finalement, la curiosité finit par l’emporter. En poursuivant, plus j’avançais, plus les choses commençaient à prendre forme, tout commençait à avoir du sens. C’était comme un gros nuage de fumée qui se dissipait, jusqu’à me captiver, complètement.

Il s’agit d’une histoire alléchante narrée par une plume mature et sérieuse. Peut-être un peu trop mais bon, pas grave!

Un vaste univers que l’on découvre pour notre plus grand plaisir. Une averse de personnages tous aussi intéressant les uns que les autres. Oui, les personnages affleurent de partout mais à aucun moment je ne me suis perdu. Je connaissais chacun par cœur, sans faire d’effort parce que l’auteure y a bien veillé.
L’histoire est longue, très longue. Mais on ne s’en rend compte qu’après l’avoir finit parce qu’on est tenus en halène jusqu’au bout. Relatée avec une maîtrise incroyable, on se laisse bercer par cette douce narration qui nous place au cœur de l’aventure. Souvent, quand il est question de longs récits, aussi splendides soient-ils, les auteurs ont tendance à s’accorder de longs et ennuyants moments d’égarement en chemin. Mais l’auteure a su, pour celui-là, maîtriser les événements pour nous accorder un tendre et alléchant moment de lecture. Je peine encore à désigner ce qui m’a le plus intrigué entre l’histoire et la plume impeccable de l’auteure.

L’intrigue est magiquement ficelée, le récit est propre et riche; un vrai travail de pro. Jessie perd souvent des êtres chers, mais toujours dans la douceur et le charme. Non pour dire que les émotions fortes sont absentes. Au contraire, il y en a à revendre. Elles sont simplement… filtrées par une narration sublime qui les rend … agréables, adorables. Même lorsque les événements sont atroces, choquants, on sent bien que Jessica (l’auteure) ah pendant que j’y pense Jessica et Jessie, coïncidence ??? Enfin bref, je disais qu’on sent que l’auteure n’a pas cette hargne propre à ces auteurs sadiques que je connais, que j’adore et qui se reconnaissent surement 😉 .

Thérianthropia ne baigne pas toujours dans la quiétude, il l’y est même très rarement, mais tout reste doux, paisible. Combien de fois ai-je répété ce mot dans cette chronique? « doux » encore…
Dans cette histoire, il y a de l’humour, de l’amour, de la détermination et par dessus tout le sens du devoir dans chacun des personnages que je vous laisse découvrir par vous même. Thérianthropia c’est aussi des pertes, des retrouvailles toujours plus chaleureuses les unes que les autres.

En sommes, un roman génial, une petite pépite et un GROS coup de cœur pour moi. Une histoire passionnante, un récit clair et concis, pour une plume douce. Je vous invite à plonger tête baissée dans cette quête, cette aventure première d’une longue série, je l’espère. Que vous soyez fan de fantasy ou pas, foncez. Vous risquez d’adorer ce monde imaginaire -pourtant si réel et vivant- qu’est Thérianthropia. Et vivement le Tome 2.

Publicités

3 réflexions au sujet de “Thérianthropia, Livre 1: La Boîte – J. L. Treuveur”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s